Une-nuit-à-Burano-46

Une nuit sur l’île de Burano

0 Shares
0
0
0

[Article d’Avril 2018]

Fin Avril 2018, je suis partie à Venise quelques jours. Forcément, je suis revenue avec des centaines de photos plus belles les unes que les autres, des souvenirs plein la tête, des couleurs vives qui ont resurgit les semaines qui ont suivi, et aussi un avis assez mitigé sur Venise et le tourisme intense qu’elle subit, assez loin du concept “Slow Life“, alors qu’elle a tout les atouts pour le vivre et le cultiver de façon assez idéale.

J’ai trouvé le séjour magnifique et très marquant à plusieurs niveaux. Le décor est incroyable, la ville d’une beauté magique, et les Italiens gentils et au caractère bien trempé. Mais ce qui m’a vraiment vraiment marqué, c’était de passer une nuit sur l’île de Burano, l’île  aux milles et unes couleurs, à 45 minutes en Vaporeto de Venise.

L’île de Burano, vous la connaissez forcément si vous êtes férus de voyages et aussi, si vous êtes sur instagram. Impossible de rater ces photos aux couleurs vives qui ont rendu l’île si célèbre ces dernières années. D’ailleurs, quand nous arrivons, en fin de matinée, impossible aussi de ne pas remarquer l’affluence de touristes (nous y compris!), et de blogueuses oui posent devant les façades ou au bord des canaux. Impossible non plus de ne pas être émerveillée par la beauté de ce décor assez incroyable et féérique et ce bombardement de couleurs, de reflets dans l’eau des canaux et petits moments de vie très pittoresque. Presque irréel.

Située au nord de la lagune, l’île est connue pour ses couleurs, qui permettaient aux pêcheurs de retrouver leur chemin dans la brume, (bien que je ne sois pas très sûre à quel point cette explication soit officielle) mais aussi pour sa dentelle, l’autre activité traditionnelle de l’île.

Avant que les touristes et instagrammeurs s’en emparent il y a 4/5 ans, l’île de Burano est plutôt tranquille. Est-ce génial de pouvoir découvrir des endroits pareils via ce biais ou terrible de les polluer autant? Je n’ai pas vraiment trouvé de réponse. Un peu les 2.

Arrivée sur l’île de Burano

A l’approche de l’ile en bateau, on remarque tout de suite qu’on arrive, les couleurs se distinguent de loin.

La première impression est partagée entre émerveillement et une pointe d’agacement. Il y a beaucoup de monde, peu de place pour profiter de l’authenticité du lieu. Puisque l’idée était de passer une nuit sur l’île de Burano, alors après un premier petit tour pour profiter du beau soleil en début d’après-midi, nous partons pour Murano, l’autre île à visiter depuis Venise, célèbre pour son verre. Très jolie aussi, et à laquelle la foule de touristes va mieux, d’une part car on s’y attend un peu plus, et d’autre part car elle est par définition touristique.

Vers 16h, nous revenons donc sur l’île de Burano, en espérant qu’il y ait un peu moins de monde…

Et en effet, déjà , nous croisons beaucoup de promeneurs qui attendent l’arrivée du bateau retour pour rentrer sur Venise. Nous ne sommes que très peu à  descendre à cette heure ci. C’est un bon début.

Casa Burano

En préparant le séjour à Venise, j’avais regardé les options pour passer une nuit sur l’île de Burano. Je m’étais dis que ça devait être assez exceptionnel de se réveiller dans un tel décor, alors je voulais un endroit à la hauteur du lieu.

Rapidement, j’ai repéré Casa Burano. Une sorte de concept à mi-chemin entre maison et hôtel. Des petites maisons à 2 étages dispersées dans l’île avec des chambres lumineuses et spacieuses et des salles de bain privées. La cuisine est partagées avec les autres résidents, ce qui offre un aspect chaleureux tout en gardant de l’indépendance. Top.

En revenant sur l’île, le personnel de Casa Burano nous accueille à la sortie du bâteau et nous guide vers notre petite maisonnette verte au bord du canal.

L’île de Burano: l’île aux milles et unes couleurs

Nous voilà donc de retour sur l’île qui s’est bien désemplit de ses visiteurs. On en profite pour flâner, se perdre dans les rues et s’imprégner surtout de toutes ces couleurs. Je réalise que voyager a beau être à la mode et désormais bien plus accessible et un loisir pour beaucoup, c’est quand même un peu exceptionnel de se retrouver dans un endroit pareil. J’ai beau avoir visité des villes et pays incroyables et magnifiques, un décor pareil, ça reste assez exceptionnel.

Coucher du soleil sur Burano

Nous sommes mi Avril, alors une fois passée la découverte de l’hôtel, et les balades au hasard des rues, la lumière commence vite à changer pour se transformer en cette chaude ambiance de fin de journée.

Les couleurs se chargent de lumière chaude, les températures s’adoucissent, l’atmosphère s’apaise, les rues se vident, les habitants sortent profiter du spectacle, et l’île se transforme lentement mais surement pour redevenir elle-même: Une splendide petite île de pêcheurs, avec ses habitants et leurs petites routines.

Et alors que nous ne sommes plus que quelques touristes, je me sens presque intimidée de rester, et tellement honorée de pouvoir découvrir et vivre ces instants si paisibles et uniques.

Petit à petit, la nuit commence à tomber. Les couleurs chaudes laissent place au crépuscule qui s’installe tout doucement. La petite île paradisiaque qui grouillait toute la journée devient sombre et paisible. Les énergies se calment.

Seuls les quelques lampadaires nous éclairent. On entend seulement le bruit de l’eau de la fontaine. Un rare passant de temps en temps. On savoure le calme et la plénitude de ce moment si parfait.

Pour notre plus grand étonnement, c’est une fois la nuit tombée que les rues commencent à s’animer. L’atmosphère de l’île devient un peu plus vivante. Comme si les locaux attendaient que les nombreux touristes s’échappent pour vraiment profiter de leur île. On entend les gens rigoler, discuter, et l’ambiance similaire à celle des soirées d’été dans le sud qui s’installe. Nous, on rentre dans notre joli cocon, surtout que je veux me lever le plus tôt possible pour ne pas perdre une miette de l’île et la découvrir avec la lumière du matin.

Lumière du matin et couleurs pastels

Le matin, forcément, la première chose que j’ai hâte de faire, c’est d’ouvrir les volets et de découvrir la vue et l’île avec la lumière du matin.

C’est assez irréel de se réveiller dans un tel décor. Il est environ 7h. Les énergies sont calmes. La lumière s’installe. Le soleil ne brille pas si fort, alors les couleurs ne sont pas aussi vives que d’habitudes, ce qui offre une autre perspective et ambiance toute aussi agréable.

Une-nuit-à-Burano-44-1

Pendant ce temps, le petit déjeuner est servi à la Casa Burano. On le partage avec les autres habitants de la maison, avant de faire un dernier tour sur l’île et de retourner profiter de Venise.

J’ai adoré passer une nuit sur l’île de Burano à savourer ces instants de calme et sérénité, bien loin du tourisme de masse de Venise et ses îles. La partie “Slow Travel” d’un séjour Venicien bien rythmé et assez intense, mais féérique et magique.

0 Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *