samedi-matin-montauban-7

Un samedi matin de fin Août à Montauban

0 Shares
0
0
0

Pendant mes 15 ans loin du sud, quand on me demandait d’où je venais, je répondais toujours “Toulouse”. Je n’ai jamais été particulièrement fan ou fière de venir de Montauban. Pour moi, c’était une ville un peu fermée, et surtout, associée à l’adolescence, cette douce phase durant laquelle on ne sait pas trop qui on est et où on va. S’il y a bien quelque chose dont j’étais sûre cependant, c’était que je ne voulais pas rester là. Je m’y suis toujours sentie un peu à l’étroit. J’ai toujours senti qu’il fallait que je parte. Loin. Mais pas trop. Parce que pour des raisons inexplicables, j’ai toujours été très attachée à mes racines. Alors les grosses tranches de ma vie (jusqu’à présent) se seront faites à Paris puis à Londres pour un bloc de 8 ans. Quand on vient du Tarn et Garonne, ce petit département Français du Sud Ouest assez peu connu et sans histoire, c’est un peu le clash des 2 mondes. Un clash régénérant. Exactement ce dont j’avais besoin. Mais l’envie de retrouver les valeurs et la chaleur du sud ont pris le dessus.

Depuis 1 an, me voilà de retour dans le Sud Ouest, pour à priori quelques temps. En tout cas pour l’instant. Et les retrouvailles sont assez bonnes. Même si il faut ajuster 2/3 trucs. Il semblerait donc que partir soit parfois une solution pour mieux revenir.

Je suis revenue dans le sud à 35 ans. Sans mari et sans enfant. Mais avec des expériences perso et une sensation d’être vraiment en train de me trouver. Je suis partie jeune étudiante en Ecole de Commerce qui rêvais d’une carrière de “business woman” dans un grand groupe. Je suis rentrée un peu business mais pour les petites start ups, mi-yogi, bilingue, et avec un désir de liberté et de vivre de façon alignée avec mes valeurs exacerbé. Finalement, le retour aux sources a pris le dessus. Et ce samedi matin à Montauban, pour la première fois depuis longtemps, j’ai eu une sensation de bien-être et d’ancrage de me sentir bien et “en phase“, à la maison. Dans ces rues dans lesquelles j’ai passé toute mon adolescence après les cours, à passer au Yves Rocher le vendredi “de 4 à 5”, ou boire des cafés au Flamand après la cantine ou des verres les vendredis soirs, mais dans lesquelles je ne m’étais jamais réellement sentie vraiment à ma place.

Une porte fermée et plein de possibilités

Tout a commencé par une histoire de studio de yoga fermé un samedi matin. J’avais tellement tourné pour me garer et arriver à l’heure – en zappant complètement que le samedi c’était jour de marché (= plus de place) que je me suis dis que même si les portes étaient bel et bien closes, j’allais rester flâner et profiter de ma ville. Il faisait doux et beau. C’était l’occasion pour faire un tour et passer faire un coucou chez Capsule 82, la boutique concept store la plus cool de Montauban.

En chemin, une nouvelle adresse attire mon attention. Façade cool, jolie terrasse. Et le mot “coffee shop”. Le Café Brisant. Un endroit qui me rappelle les cafés Londoniens qui étaient de vrais refuges de la vie citadine et pour lesquels je voue une véritable obsession depuis.

Lire aussi: Cafés à Toulouse, mes préférés

La première belle surprise de la matinée. Un menu de brunch comme dans n’importe quel café Londonien / Australien. Des cafés latte et des flat white à côté des pancakes et banana bread. Un coffee shop comme à Londres en plein coeur de Montauban. Une sacré vague d’air frais sur la ville et un petit coup de coeur pour ce petit café cosy et à l’accueil hyper sympa.

Café Brisant – 19 Rue d’Auriol, 82000 Montauban

Je poursuis en me rendant chez Capsule 82: Un concept store ouvert il y a 2 / 3 ans par Lise et sa maman. Une large et très belle sélection de marques de vêtements qu’on ne trouverait pas dans beaucoup de boutiques à Montauban. Un coin bijoux et déco toujours plein de pépites. Impossible de passer leur dire bonjour sans repartir avec un petit coup de coeur.

Capsule 82 – 5 Rue Jules Michelet, 82000 Montauban

Ambiance légère et façades colorées

Dans les rues, flotte un air gai, doux et léger. Même si la ville a traversé une belle transition ces dernières années, ce n’est pas une ville que je décrierais de particulièrement animée. Et pourtant, en ce samedi matin de fin Août, on y croise des touristes qui visitent la ville seuls ou en groupe. Des couples qui se balades. Des gens qui rentrent du marché.

Les rues sont belles et et les façades colorées. L’atmosphère est douce. Alors j’y reste encore un peu. Et j’en profite pour me diriger chez La Femme Renard, la librairie qui fait l’angle de la rue de la république et qui a repris le flambeau de l’ancienne Librairie Deloche, les anciens propriétaires. Une institution Montalbanaise durant des années.

La femme Renard – 21 Rue de la République, 82000 Montauban

La place Nationale, en pause avant de revenir de plus belle

Avant de me décider à repartir, je passe bien sûr par le stop obligatoire quand on vient à Montauban: La place Nationale. Une place spacieuse aux briques oranges qui date du XVII ième siècle et dans laquelle j’ai pris l’habitude de venir prendre un petit café à quasi chacun de mes retours dans le sud. Elle est en travaux depuis Février 2021 jusqu’à l’été 2022. La place était déjà vraiment sublime. Mais elle promet de l’être encore plus. Alors on patiente. Tout comme les restaurateurs et cafés qui se sont accommodés de petits bouts de terrasses sous les arcades, qui elles sont intactes de beauté.

Place Nationale – 82000 Montauban

Il est vraiment temps de partir. Je suis un peu impressionnée d’avoir passé un si bon moment avec moi-même et ma ville de naissance. Un lieu dans lequel je vais très rarement seule, et dans lequel je prend très peu le temps de flâner justement. Comme pour éviter la confrontation. Je suis assez convaincue qu’on est en paix avec soit-même quand on est en paix avec ses racines. En tout cas je sais que ce sera le cas pour moi. Et cette petite matinée de balade en apparence légère et sans histoire, m’a envoyé plein de jolis signaux en cette fin d’été, avant d’attaquer une rentrée qui devrait sonner le véritable début de ce nouvelle vie dans le sud, avec laquelle je bataille un peu intérieurement depuis 1 an. Peut être que finalement, ces histoires d’univers qui nous envoient des signes et des trajectoires sont vraies. Et que cette porte fermée était en fait une porte grande ouverte…

0 Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like