New Year, New Life. Hello Toulouse!

0 Shares
0
0
0

Lundi 4 janvier. C’est la rentrée. Et je la démarre à mon bureau, en télétravail, chez moi, dans mon appart en plein coeur de Toulouse.

C’est un peu étrange de démarrer l’année ici et comme ça. Mais aussi incroyablement rassurant et excitant.

Ces derniers mois ont été plein d’espoirs et de déceptions, de satisfactions et de frustrations, et de nostalgie et d’enthousiasme. Mais c’est un peu comme si 2020 était parti en emportant tous les petits démons de l’année, et que 2021 démarrait sur de nouvelles bases et avec une nouvelle vie, le coeur léger, les mauvaises énergies derrières, une grande hâte de tout reconstruire et beaucoup de reconnaissance d’être ici et pouvoir ressentir tout ça. C’est assez kiffant et reposant.

Il y a 1 an, j’abordais la nouvelle année avec une énergie débordante pour ma vie londonienne. L’ancienne vie. Je n’aurais pas cru un seul instant ne pas y être l’année d’après. Mais depuis, nous avons appris à gérer avec l’inattendu, le surréaliste et les changements qui vont avec. Confinée “par hasard” en France chez mes parents, mi Mars, les semaines enfermée à se “recentrer” (Enfin pour le premier confinement parce que le prochain qui me dit que le potentiel 3ième confinement sera une occasion de se recentrer je l’étrangle!) ou disons à prendre du recul, les jours qui rallongent, la lumière du sud si riche et hypnotisante, et les retrouvailles si chaleureuses avec Toulouse ont eu raison de ma vie londonienne.

En Juin, on était déconfinés. Je venais de passer quelques jours de rêve dans un airbnb à Toulouse, à goûter aux “petites joies de la vie Toulousaine”. J’étais assez déphasée et angoissée alors je me suis lancée dans la lecture d’un livre sur la loi de l’attraction, avec un peu de scepticisme sur ce “concept”, mais beaucoup de curiosité et un gros besoin de tenter quelque chose de différent pour sortir de cette phase un peu down. Et finalement, il aura eu un petit effet déclic. Riche en conseils pratiques, il m’a aussi permis de clarifier un point très important: Si je voulais rentrer vivre à Toulouse, qu’est ce que cela impliquerait concrètement? Quels sacrifices devrais je faire? La réponse: Sacrifier les saveurs de la vie d’expat, que j’aimaient encore plus même que le fait de vivre à Londres, et bien sûr, renoncer à la vie londonienne et tout ce qu’elle comporte.

Les semaines qui ont suivi, tout s’est enchaîné: Le UK prolongeait son “lockdown” jusqu’à début Juillet, mon travail m’annonçait que le télétravail allait durer un peu plus longtemps que prévu, on m’a proposé de rejoindre une équipe de profs de yoga dans un studio Toulousain, j’ai fait des rencontres clés, et j’ai déjeuné avec une amie de Londres qui avait déjà vécu à Toulouse dans le quartier Victor Hugo par un très beau dimanche ensoleillé de fin Juin. Il faisait beau et chaud, les gens faisaient le marché, d’autres prenaient un café en terrasse, une mini fanfare jouait des morceaux , les gens avaient l’air zen et heureux. L’ambiance du sud par excellence, qui m’avait tant manqué toutes ces années. Je crois que ça a vraiment été le moment déclic.

Moins de 2 mois plus tard, mes affaires sont arrivées en France. Et depuis, je me suis installée à Toulouse.

Après quelques jours de lune de miel, un peu de désillusion et un peu de résistance à la vie d’avant, la beauté de la brique Toulousaine, la lumière du sud et retrouver un accès illimité aux gens que j’aime, ont fait leur effet.

Depuis, je marque mes repères: Nouvelles routines, bonnes adresses, studios de yoga à Toulouse, cafés et quartiers préférés, et quelques nouvelles présences dans ma vie.

Je découvre aussi le décalage qui vient avec le retour d’expat, surtout après de longues années à avoir tout fait pour absorber et s’être imprégné de l’autre culture. C’est un sentiment assez mitigé. On revient avec une nouvelle vision du monde et de la vie. Mais la plupart du temps, c’est surtout un rappel de la joie d’avoir fait ces choix et vécu ces expériences.

Malgré le climat ambiant, 2021 démarre donc sous une vague d’optimisme et d’espoir. Je n’ai pas du tout envie de laisser le contexte actuel impacter cet état d’esprit, mais plutôt de le contourner comme on a appris à le faire depuis un an. Encore quelques mois à passer, et je suis convaincue que comme la nature qui renaît, le printemps arrivera avec ses arbres qui bourgeonnent, sa lumière qui brille plus fort et plus longtemps, et un peu de légèreté dans nos vies.

Bonne Année 2021, où que vous soyez, à Toulouse, ou à Londres!

0 Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like