Miracle Morning sunrise London

Le Miracle Morning: 5 ans après

0 Shares
0
0
0

Il y a (presque) 5 ans, j’ai démarré la lecture du Miracle Morning. Un livre alors très à la mode et qui promettait des changements fulgurants pour une vie à “100%”, tout “simplement” en se levant quelques heures plus tôt. Moi qui n’étais pas du tout mais pas du tout du matin, 5 ans après, même si j’ai un avis un peu partagé sur cette méthode, je ne peux qu’admettre que pour ma part, elle aura été efficace.

5 ans après, ma vie a changé à tous les points de vue, et pour le meilleur. Mais pas forcément comme j’aurais cru en la démarrant.

Il y a 5 ans:

  • Je vivais à Londres et j’étais amoureuse de ma ville. J’avais un rythme assez effréné et assez peu de notion autour des sujets de “self care”, “bien-être” et “mental health”, même si je m’intéressais au développement personnel depuis des années, sans vraiment le pratiquer au quotidien.
  • J’étais ambitieuse et avais un plan de carrière en place. (Comme la plupart des diplômés d’école de commerce.)
  • Je travaillais en marketing digital pour un grand créateur Britannique. Le boulot très cool et un peu strass et paillette. Mais il me semblait qu’il manquait quelque chose et que je tournais un peu en rond après 3 ans.
  • Je sortais d’une longue relation avec un londonien que j’étais super contente d’avoir vécue mais dans laquelle je m’étais aussi un peu embourbée et avec une estime personnelle à reconstruire.
  • Mes priorités s’articulaient beaucoup autour de mon travail et de l’urgence de vivre le plus de choses possible à Londres et ailleurs. (#FOMO)
  • Mes semaines étaient principalement remplies de sorties, restaurants, brunch les week-ends, balades londoniennes, et voyages en Europe ou ailleurs.
  • Je me couchais tard, parfois à 1h du matin, et démarrais mes journées souvent dans le brouillard.
  • J’étais très peu intéressée par le sport, bien que je venais tout juste de me mettre assez régulièrement au yoga. Je ne comprenais pas du tout les gens qui se levaient à 6h du mat pour aller à la salle de sport avant le travail.
  • Je n’avais aucune notion de spiritualité. Bien qu’intriguée, j’étais même un peu fermée sur le sujet.
  • J’allais avoir 30 ans, avec , surement, toute la pression sociale que ce cap incombe
  • J’étais assez vite angoissée et stressée
  • Je prenais les choses très à coeur et avec beaucoup de sensibilité
  • Mes hivers étaient souvent rythmées de depression saisonnière (Hello l’hiver londonien et la nuit à 15h30!)

A partir du printemps 2016, j’ai commencé à avoir le besoin d’effecteur certains changements.

Quelques mois plus tard, après avoir cumulé les casseroles, (une rupture nette, des colocs qui rentrent en Nouvelle Zélande, un petit burnout pro) et atteint ce qu’on appelle “un bas”. Je n’ai pu que remontrer: Une pratique du yoga un peu plus régulière, un peu plus de sport que d’ordinaire, une démission, un nouveau boulot parfaitement aligné avec mes valeurs perso et ambitions pro, et une nouvelle coupe de cheveux (le signe extérieur des changements intérieurs!).

J’ai eu la chance de pouvoir prendre un de 3 semaines (La base en France, les très grandes vacances au UK..), et de savourer ces changements en cours et à venir, au calme et au soleil chez mes parents, vers Toulouse. Un break bien mérité après un début d’année intense.

C’est là que j’ai démarré la lecture du Miracle Morning. Dans un contexte de nouveau départ, avant de prendre un nouveau poste pour une start up que j’adorais et pour laquelle j’avais eu un coup de coeur. J’étais reboostée à block.

Avec le recul, je pense que cette méthode ne peut vraiment fonctionner que si le mental est dans le bon état d’esprit, et pratiquée durant un moment clé de l’année. Quand il fait beau et que le soleil se lève plus tôt, c’est forcément plus facile.

Les premières routines

En Septembre 2016, j’ai fait mes premiers “Miracle Morning” qui se déroulent via une liste d’activités à pratiquer le matin tôt: Meditation, Affirmations, Visualisation, Exercice, Lecture, Ecriture.

Septembre, c’est un très bon mois pour démarrer cette routine. A Londres en tout cas, le soleil se lève vers 6h15. Le moment idéal pour observer le spectacle du matin.

Pour ma part, j’ai découvert un nouveau monde par lequel j’ai été subjuguée: Les levers du soleil magnifique depuis mon salon (Par chance, parfaitement bien orienté), et la lumière incroyablement belle du matin. Après quelques mois de sport et yoga sur Youtube , je me suis mise à courir tôt au parc en bas de chez moi. (Et c’est vrai que les parcs londoniens ont l’avantage d’être spacieux et exceptionnels). Moi qui détestais courir. C’est finalement cette énergie du matin qui m’aura happée. (Et j’ai compris pourquoi plus tard avec la découverte du yoga et de l’Ayurveda). A tout celà, j’ai donc ajouté les sensations des endorphines. Une sorte de cocktail assez exaltant et addictif.

C’était comme si je respirais à plein poumons. Ou que je prenais une énorme bouffée d’air (pas très pur du coup..) après des années finalement un peu dans le brouillard. J’étais accro. Et je garde cette phase en tête comme l’une des plus énergiques et heureuse de ma vie.

Mon Miracle Morning ajusté

Au fil des semaines et des mois, j’ai ajusté ma propre routine de Miracle Morning pour plus de flexibilité et ai principalement conservé les réveils tôt le matin, quelle que soit la saison ou le jour de la semaine, le sport, en alternant entre footing et yoga, et de temps en temps, un peu de lecture et un peu d’écriture (des listes d’objectifs ou de gratitude par exemple) et de visualisation (En créant des tableaux Pinterest).

Pendant 4 ans, ce “Miracle Morning ajusté” a fait partie de mon quotidien sans interruption. (Rien ne pouvait l’ébranler, sauf une pandémie et un confinement, durant quelques mois – J’y reviendrai plus bas).

Les petits footings de 2/3 km se sont transformés en “morning run” d’au moins 5k puis un peu plus. Les cours de yoga de 10 minutes eux aussi ont prix une autre dimension. Les méditations étaient assez régulières. Le reste des piliers (affirmation, lecture etc…) se faisait au feeling. La constante, c’était vraiment le sport et des routines matinales adaptées.

… Pour un quotidien transformé

Petit à petit, c’est mon mental qui a changé d’angle de vue et tout mon quotidien qui s’est transformé. Je suis devenue la “Yes Girl”. Les petits footings du matin sont devenus grands. J’ai commencé par me lancer dans une course de 10K avec mes cousins (chose impensable juste 1 an avant), et puis d’autres à Londres. Le 10K est devenu la routine du dimanche. Alors je me suis lancée dans le semi marathon d’Hackney à Londres en 2018. Un de mes plus beaux souvenirs londoniens.

Les cours de yoga sur youtube eux aussi ont pris le chemin des vrais studios, et petit à petit, je suis tombée amoureuse de cette pratique. Il y a 2 ans, j’ai fait ma première formation de professeur de yoga et depuis, je suis devenue prof de yoga à côté de mon travail. Outre le statut de prof que je suis encore en train de définir, le yoga (dans son ensemble, pas seulement les cours “physiques”) a apporté du sens à ma vie, et beaucoup de sérénité.

Mon travail lui aussi a évolué. J’ai définitivement laissé derrière moi les grosses boîtes corporates pour les start ups, plus dynamiques et agiles, et surtout, je travaille pour un sujet totalement aligné avec mes valeurs et mon style de vie. Je suis en phase avec ce qu’on communique et les produits que nous vendons.

Le blog sur Londres que j’ai tenu pendant 8 ans a pris une autre dimension. Je l’ai fait évolué et ai pu vivre des expériences assez cools par ce biais: De nombreuses et belles rencontres londoniennes, un passage dans l’émission échappées belles en 2017, le lancement de ma marque de T-shirts French Londonienne (Que j’ai arrêté car plus du tout envie d’évoluer dans l’industrie textile), des stats au beau fixe, une communauté grandissante sur instagram…

Et au fur et à mesure, j’ai réussi à construire un équilibre dans une vie multi facette. Je suis devenue Responsable Digital – Prof de yoga – Blogueuse. J’aime beaucoup jongler entre ces différentes casquettes même si tout est encore en pleine construction. Une sorte de vie “Yin Yang” comme j’aime bien la décrire.

Et puis tout le reste: Les petits voyages citadins sont devenus des grosses randos ou explorations sac à dos. Mes postes pro plus alignés avec mes valeurs. L’équilibre entre la vie à Londres et les retours à Toulouse s’est ajusté. Je prenais les vols de 7h du matin pour des retours plus cours et plus fréquents. Ma vie perso est devenue plus sereine, confiante et indépendante. J’ai appris beaucoup sur moi et sur les autres. J’ai rebondi avec plus de force des échecs. J’ai compris qu’on s’adapte à tous les changements.

C’est assez difficile de résumer 5 ans, car de nombreuses choses se seraient passées avec ou sans Miracle Morning. Mais au global, mon mental est plus fort et ma vision de la vie résolument plus positive.

Si vous êtes curieux(se), j’avais fait un bilan sur mon blog londonien après 1 an de Miracle Morning. En le relisant, il m’a donné l’énergie de m’y remettre sérieusement, car devinez ce qui est un peu venu mettre le bazart dans cette motivation… La pandémie!

Le fameux sunrise depuis mon salon londonien

La pandémie

En Mars 2020, j’étais en week-end chez mes parents vers Toulouse, pour un anniversaire. Vu le contexte, j’ai décidé de rester et passer le confinement chez eux, à la campagne, où le printemps commençait à sérieusement pointer le bout de son nez.

Au début, j’ai réussi à conserver ces routines. Et puis assez vite, aux vues des nouvelles assommantes et assez déprimantes, j’ai eu de plus en plus de mal à trouver cette énergie et cette motivation à rendre mes journées plus productives.

Pourquoi donner le meilleur de soit et débloquer du temps dans ses journées quand on a plutôt envie qu’elles passent le plus vite possible?

Alors j’ai lâché prise. Parce que j’ai aussi appris ça en yoga. J’ai gardé une forme de routine, sans me mettre la pression. Le yoga a d’ailleurs largement pris le dessus sur tout. Grâce à ma formation de prof de yoga faite un an avant, je me suis sentie mieux équipée pour affronter cette période et ces changements à venir. C’est d’ailleurs le Yin Yoga, que j’ai le plus pratiqué.

Au déconfinement, j’en ai profité pour “tester la vie Toulousaine” et après des semaines de questionnement, j’ai décidé d’utiliser cette période pour la transformer et en faire quelque chose “d’utile” plutôt que de subir toutes ces restrictions. J’ai sauté le pas pour tenter une nouvelle aventure ici, avec toujours cette conviction ultime qu’on s’adapte à tout.

Lire aussi: Les livres qui ont changé ma vie 

Mindset is everything

Ma nouvelle devise depuis ces dernières années.

Outre les changements et réussites “de façades”, c’est surtout la construction d’un état d’esprit plus fort et positif que je retiens de cette méthode. J’étais déjà assez fonceuse et curieuse, mais aussi sujette à beaucoup d’anxiété et hypersensibilité. Je le suis toujours, mais je maîtrise beaucoup mieux mes émotions. C’est comme si mon mental avait été nettoyé du brouillard ou que les petites ondes négatives qui y trainaient un peu trop étaient vite balayées.

Je crois fermement que tout part d’un état d’esprit positif. On peut voir le verre à moitié plein ou vide. Un échec peut devenir une réussite. Tout problème a une solution. Tout passe. C’est un peu comme ajuster son angle de vue.

Au début de l’article, j’évoque un avis un peu mitigé sur la méthode. En soit, je ne crois pas que la méthode du Miracle Morning soit miraculeuse. J’ai beaucoup d’amis qui ont lu le livre en étant plein d’espoir et assez peu qui ont instauré ces changements et routines matinales. Résultat: Beaucoup plus de frustrations et déceptions.

Pour ma part, elle s’est parfaitement inscrite dans un contexte mental de changement déjà amorcé. Je pense que le timing était bon, et qu’elle m’aura surtout apporté une structure et une routine dont j’avais besoin à ce moment là. N’importe qui peut y arriver. En yoga, on dit souvent que “nous sommes nos propres Guru”. C’est un peu ça.

Pas besoin de “leaders spirituels”, coach à la réussite fulgurante (En apparence) ou Guru desquels il faut boire toutes les paroles pour y arriver.

D’après le yoga et la médecine Ayurvédique, je suis un profil “Vata”. Un profil qui a besoin de structure pour gérer ses anxiété et qui trouve beaucoup d’équilibre en démarrant ses journées avec le lever du soleil. Quand j’ai découvert ça, c’est un peu comme si tout avait pris sens. Je n’avais jamais vraiment compris comment j’avais pu me mettre si facilement à 1/ me lever tôt et 2/ aller courir le matin quelle que soit la saison 3/ m’y tenir pendant des années et 4/ Etre capable de réactiver tout ça même après des mois de break.

Résultat pas prévu

Moi qui avais démarré ces routines pour accéder à cette “Have it all life” qui est assez cultivé dans les pays anglo-saxons: Carrière au top, vie perso qui fait rêver, voyages nombreux, etc… Finalement elle m’aura naturellement amené vers l’opposé: Un désir de me détacher de ces chaînes un peu trop capitalistes et d’accéder à une vie plus alignée, plus saine, plus slow.

La suite, dans quelques années 🙂

0 Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like