Journal de yogini: Introduction

0 Shares
0
0
0

Ça fait un moment que je songe à ce “journal de yogini“. Un journal dans lequel je pourrais noter mes découvertes, questionnements et interrogations sur un univers aussi fascinant que surprenant mais aussi parfois perturbant, que l’est le yoga.

C’est quoi le yoga? Est ce un sport? Une religion? Quels sont les bienfaits? Qu’est ce qui est si magique? Est ce vraiment compatible avec nos styles de vie occidentaux? Qui sont ces gurus? Comment ont-ils été formés? Pourquoi ferme t-on les yeux sur les graves accusations d’aggressions sexuelles à l’ère du féminisme et de la libération de la femme? Le yoga est-il plus fort que tout? A qui profite t-il? Pourquoi fait-il tant de bien? Quelles sont les différences et définitions du Yoga moderne vs Yoga traditionnel? Quels sont les effets scientifiquement prouvés du Pranayama (respiration)? De la méditation? Des asanas (Postures de yoga)? …

Et l’univers, la lune et toute cette spiritualité… Pourquoi y croyons nous souvent les yeux fermés? Comment déceler le faux du vrai?

De façon générale, je trouve qu’on ne se pose pas assez de questions sur le sujet. Et c’est vrai que je m’en pose toujours beaucoup.

Quand on démarre le yoga, on ressent vite cette sensation de bien-être et d’apaisement assez intense et assez unique. Aucune autre activité offre cette sensation de clarté et de force tranquille après 1h de pratique. Les témoignages de gens pour qui le yoga a “changé la vie” ne se comptent plus. Et ceux qui s’y engouffrent et ne jurent que par ça non plus. Pourtant, de mon expérience et rencontres, je trouve que ce sont parfois ceux qui prônent avoir atteint cette forme de libération qui semblent justement parfois jongler le moins bien avec certains aléas de la vie.

Et ce sont bien ces derniers points qui me travaillent et me donnent envie d’en explorer un peu plus, de me poser plus de questions, et d’en partager les découvertes et apprentissages.

De nature, je n’aime pas vraiment les extrêmes.

Moi aussi, je me suis laissée porter par la vague du yoga progressivement ces dernières années. Au point de vouloir faire un “YTT”, un Yoga Teacher Training. La pratique me faisait tellement de bien que quand j’ai découvert que je pourrais m’y former pour la partager à mon tour, l’idée est devenue une évidence. Comme pour beaucoup d’entre nous.

En rentrant de la partie en immersion de ma formation, après 2 semaines en Grèce, au bord de la mer, à faire 3 heures de pratique physique (=des cours de yoga) par jour, respirer, méditer, manger sain, bio, et vegan, voir la lumière, le lever du soleil, écouter le bruit des vagues tous les jours, c’était comme si la vie était devenue plus paisible et agréable. Rien ne pouvait m’atteindre durant l’été 2019. Ma vie avait trouvé un nouveau sens. Pas qu’elle en manquait. Mais c’était tout simplement encore mieux. Plus doux. Moins tiraillé.

Lever de soleil depuis epidavros, pres du shala de ma formation avec yogahaven
Lire aussi: Ma formation de professeur de yoga

Les semaines qui ont suivi, en rentrant à Londres (Où je vivais) furent les plus calmes et sereines de ma vie. Jusqu’à ce que le rythme effréné de la vie citadine reprenne le dessus. Aucune vacances, même les meilleures, n’ont jamais égalé cette sensation de sérénité et recharge mentale et physique. Pendant longtemps par la suite, j’ai cherché à conserver cet état d’esprit, ou à revivre quelque chose pour le retrouver.

Il ne fait aucun doute qu’il se passe quelque chose quand on pratique le yoga.

Pour autant, alors que je pensais rentrer et aborder un changement de vie comme je l’avais beaucoup lu ou entendu, cette expérience m’a au contraire redonné un énorme regain pour mon travail et ma carrière en Digital. Une carrière longuement bâtie, qui m’a paru finalement plus en phase avec qui j’étais, et surtout avec le monde dans lequel nous vivons.

Malgré l’expérience véritablement transformative comme on l’entend, j’ai senti qu’il ne fallait pas trop se faire d’illusions. Que non seulement une pratique trop traditionnelle pouvait avoir un effet de “désocialisation” avec le monde moderne, dans lequel je n’avais aucun véritable problème à évoluer, mais qu’aussi, devenir professeur de yoga était un métier qui ne s’improvisait pas. Et ce, que l’on pratique la version yoga moderne ou traditionnel. (L’un vs l’autre, un autre sujet à explorer…).

Avec un peu de chance – même si j’ai arrêté de croire à la chance et aux miracles – j’ai cependant vite rejoint la super équipe de “Swedish Fit”, qui lançait des cours de yoga à Londres. Une opportunité parfaite de mettre en pratique cette formation et apprendre à devenir professeur de yoga en douceur, en donnant des cours dans un contexte sportif auprès de yogis plutôt débutants et en bonne santé. Le top à côté de mon travail. Un équilibre de vie “yin yang” parfait. Et l’opportunité de rejoindre une communauté et un groupe de profs devenus des amis. Ce qui, avec le recul, a pesé lourd dans “la balance du kif”. Depuis, j’ai aussi pu découvrir l’enseignement en studio de yoga, dans le contexte Covid, donc assez spécial tout de même. Une nouvelle expérience très interessante qui m’a offert une autre vision du métier de prof de yoga d’une part, a soulevé de nouvelles questions sur la pratique du yoga, sa beauté et ses paradoxes d’autre part, et encore fois, a renforcé mon désir de continuer mon apprentissage tout en gardant un pied fermement ancré dans mon univers digital.

Beaucoup de choses à poser et partager donc

A bientôt pour de nouvelles aventures yogi.

Namaste ☽

0 Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *