covid 1 an

Covid: Alors, 1 an après?

0 Shares
0
0
0

Il y a environ 1 an, on découvrait un nouveau vocabulaire: Confinement. Distanciations sociales. Gestes barrières. On allait faire nos courses avec des masques et des gants en plastiques. On se lavait les mains 20 fois par jour. Et on stressait dès qu’on avait mis la main au visage par accident. Parfois on laissait même les courses dehors toute la nuit pour ne pas laisser l’ennemie invisible envahir nos intérieurs, désormais principaux lieux de vie. Dingue !

En Mars, je me figeais de peur et d’angoisse dès que quelqu’un prédisait un redémarrage en Mai, ou Juin, ce qui semblait si LOIN. Aujourd’hui (Fin Mars), quand on nous parle de réouverture de la vie en Juin, ça parait un peu long certes, mais acceptable. D’ailleurs maintenant, on accepte presque de se faire enfermer sans broncher. Peut-être même qu’on préfèrerait, plutôt que de vivre au rythmes de mesures illusoires de semi libertés depuis des mois. Quand on nous autorise à sortir jusqu’à 19h plutôt que 18h, c’est comme un vent de soulagement qui a soufflé sur nos humeurs. Il en faut (vraiment) peu pour être heureux.

1 an après, je n’aurais jamais cru que

  • j’allais écrire un article bilan sur le sujet en étant encore en plein dedans
  • Qu’on se soit désormais habitué à vivre normalement avec un masque constamment sur le nez
  • Et du coup, qu’on ne voit plus les visages et les sourires des gens au quotidien
  • Que la catastrophe économique qui allait ravager nos vies en Avril se fasse finalement assez peu ressentir
  • Que les restos, lieux culturels et sportifs soient encore fermés après tous ces mois
  • Que j’allais vivre à Toulouse
  • Et que je travaillerais encore à Londres
  • Que je n’aurais toujours pas vu certains de mes collègues depuis Mars 2020
  • Et la plupart de mes amis londoniens
  • Que la vie aurait autant changé

Encore une fois, la vie nous prouve que le changement est constant, et que l’on s’habitue à à peu près tout. Même les choses parfois les plus délirantes.

A un moment durant le premier confinement, j’ai bien aimé ce ralentissement. On était tous dans la même situation, et j’étais chez mes parents à la campagne. On était tous en bonne santé et il faisait beau. Comme tout le monde, j’en ai profité pour faire quelques travaux, un peu de déco, un coin yoga, et j’ai même pris du plaisir à voir le printemps s’installer et la nature renaître. La vie semblait simple et presque paisibles entre 2 insomnies. Le retour forcé à l’essentiel forcé avant du bon. Il nous laissait même presque entrevoir que l’humanité était peut-être en train de prendre une bonne leçon, rude mais nécessaire. Et que de jours meilleurs étaient surement à venir. Que finalement, peut-être que ça vaudrait le coup tout ça… Et puis pas tellement.

J’ai appris

  • A lâcher prise et vivre plus dans l’instant présent
  • Pratiquer la “non-attache”
  • Que je n’aimais pas autant la solitude que je pouvais le croire avant, quand j’étais constamment occupée dans le jus du quotidien londonien un peu illusoire et aveuglant
  • Et que j’ai un gros besoin de connexions réelles, rencontres et énergies humaines
  • Que j’avais un énorme manque du temps du sud et de la lumière du soleil qui brille fort
  • Que j’étais vraiment capable de m’adapter dans de nombreuses situations
  • Qu’après 8 ans à l’étranger, on ne revient pas du tout comme on est partis
  • Que j’avais vraiment besoin de m’aligner. D’équilibrer mon rythme de vie. Trouver une balance plus équitable en la vie de Marketing et celle de yogi / Prof de Yoga
  • Que tout ce qu’on appelait “non essentiel” au début de la Pandémie (Culture, sport, loisirs) est en réalité vital

Entre autres. Je garde le reste pour moi. Cette expérience vaut toutes les lectures de développement personnel si on essaye de la mettre à profit. Pour ma part, il est indéniable qu’elle m’a permis d’oser sauter le pas et changer de vie, en quittant Londres pour Toulouse après 8 ans. Chose que je n’aurais jamais osé (et pas envie non plus) faire à ce moment là, et probablement pas plus tard non plus. Ou peut-être trop tard. Elle m’a forcé à me mettre face à certaines questions pro et perso et à apporter des réponses tangibles. J’aurais pu rester dans ma zone de confort en restant à Londres. Même si chaque semaine apporte son lot de questions ou difficultés, au fond, j’aime bien le challenge de tout reconstruire dans un contexte pas vraiment idéal pour. Petit à petit, je fais mon nid. Et je savoure chaque nouvelle pierre posée. Chaque nouvelle rencontre et amitié. Chaque footing devant la Garonne. Chaque opportunité de prendre mon café au soleil. Et chaque retour dans ma famille avec tant de facilité.

Mais tout cela reste aussi difficile, long et fatigant. Nos réserves énergétiques sont épuisées. Tout comme nos réserves mentales qui ont eu à aller chercher au plus profond de leurs ressources. Parfois, j’en ai ras le bol. La plupart du temps, je sors ma boîte à outil bien-être, mes leçons de yogi, ou encore mes baskets.

Ce qui m’a aidé

  • Le yoga bien sûr. Surtout le yin yoga, au tout début du Covid. méditatif et idéal pour pratiquer le lâcher prise
  • Et surtout les cours en live via zoom. Bien plus que du relay Youtube.
  • Mais aussi la méditation et respiration, bien que je trouve qu’on met beaucoup de pression sur ces techniques qui ne sont pas miraculeuses mais efficaces si pratiquées de façon sérieuse et au quotidien
  • Organiser des vrais calls avec mes amis qui sont loin
  • Accepter qu’on ne contrôle rien pour le reste de 2021
  • Concentrer mon énergie sur ce qu’on peut contrôler
  • Accepter les boules d’angoisses au ventre et les sensations de peur. Tout comme les moments les plus réjouissants. Les laisser venir, et partir.
  • Me faire une déco cosy et un salon douillet
  • Retrouver le plaisir et l’énergie de se lever tôt et partir courir avant de démarrer la journée
  • Faire un peu de sport (Motivation moyenne)
  • Partager des moments en famille ou avec mes amis de longue date
  • Recommencer à planifier pour l’après
  • Me reconnecter à la spiritualité via le yoga mais aussi de nouvelles lectures
  • Me lancer dans ce site et visualiser ce que j’ai envie de construire autour de Slow Life Toulouse sur le long terme
  • Préparer les fondations de ma future vie Toulousaine
  • Redécouvrir Toulouse
  • Flâner, et profiter des balades aux Carmes
  • Découvrir les studios de yoga à Toulouse
  • Partir à la recherche des meilleurs cafés de Toulouse
  • M’émerveiller devant cette ville si belle et colorée

Et vous

Sur Instagram il y a quelques jours, je vous ai demandé ce qu’il en était pour vous. C’est toujours inspirant de partager ses conseils, et voir comment les autres font.

Ce qui est pas mal ressorti de façon assez concrète, c’est cette découverte qu’on est souvent plus fort et capable d’affronter certaines situations que ce que l’on croit. Et qu’on se remet de tout. Un concept très joliment expliqué dans le livre Option B de Sheryl Sandberg. (Listé dans ma liste de livres qui ont changé ma vie)

Qu’est ce que vous avez appris sur vous même?

  • Que le bonheur se trouve dans les petites choses du quotidien
  • Que rien ne peut m’arrêter
  • Que j’étais trop strict(e) avec moi-même
  • Que j’étais obsédée par un emploi du temps ultra chargé. Ce qui n’était pas nécessaire
  • A me connaître
  • Que je peux rebondir dans toutes situations
  • Que je suis capable de rebondir dans des situations de crise
  • Que je suis plus courageuse que je le pensais

Ce qui vous a fait du bien et vous aide (encore) à gérer la situation

  • Arrêter de me comparer aux autres (L’avantage d’avoir une vie sociale limitée)
  • Ne plus avoir à prendre les transports
  • Jardiner
  • Faire du yoga
  • Méditer
  • Couper des réseaux sociaux
  • Prendre du temps pour soi
  • Faire des albums photos de souvenirs
  • Commencer un journal de gratitudes
  • Prendre l’air, faire des balades à pied
  • Me renseigner. Bien m’informer. Éviter certains médias
  • L’amour
  • La peinture
  • Avoir déménagé à la campagne
  • Accepter que je ne contrôle pas tout
  • M’occuper de ma maison
  • Avoir des fleurs et plantes chez moi
  • Se projeter en planifiant des activités entre amis futures
  • Être dans la nature
  • Courir
  • Parler à un psy

Il y a 1 an, vous n’auriez jamais cru que…

  • Cette situation provoquerait des ondes de choc positifs dans mes habitudes
  • On se disputerait si peu avec mon mari alors qu’on passe tout notre temps ensemble
  • J’aurais tant avancé sur mes projets perso
  • Que cette reconnection au temps serait si bénéfique
  • J’allais acheter une maison pour me retrouver à la campagne
  • Qu’on accepterait si facilement d’être privés de nos libertés
  • Je serais encore au chômage partiel
  • J’accepterais de rester autant chez moi sans en souffrir tant que ça
  • D’être heureux de pouvoir sortir à 19h au lieu de 18h..
  • J’allais démarrer une reconversion professionnelle
  • Que les restos et lieux de bien-être et culturel pourraient rester fermer si longtemps

Merci pour vos réponses. Pour continuer à pratiquer cette énergie positive, vous pouvez suivre l’instagram du site ou vous abonner à la “Slow newsletter”. Une newsletter mensuelle pour recevoir des conseils bien-être, cours de yoga, et adresses Toulousaines qui font du bien.

0 Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *