15 choses qui ont changées dans ma vie depuis que je fais du Yoga

1 Shares
1
0
0

Il y a environ 5 ans, je me suis mise au yoga. Timidement au début, puis régulièrement, et intensément. Au point de me lancer dans un “YTT”, un Yoga Teacher Training pour devenir professeur de yoga il y a 2 ans. (Lien vers l’article sur ma formation de professeur de yoga par ici). Je voyais cette formation en semi immersion en Grèce comme une forme d’étape et d’aboutissement. En réalité, ce n’était que le début d’une nouvelle aventure et d’un changement progressif de style de vie.

On entend souvent dire “le yoga a changé ma vie”. Et même si je tiens à garder une distance avec les histoires “miracles” du yoga, c’est vrai qu’il a pas mal changé la mienne aussi.

Ces choses qui ont changées dans ma vie depuis que je fais du yoga

Un allié infaillible

La première chose qui me vient à l’esprit quand je pense aux choses qui ont changé dans ma vie depuis que je fais du yoga, c’est qu’en étant devenue “une yogi”, c’est comme si j’avais désormais un allié infaillible et solide avec moi pour traverser les étapes futures de la vie.

Je sais que je pourrai toujours me réfugier dans les enseignements du yoga pour aborder les challenges avec un peu plus de sérénité et les moments de bonheur avec plus de gratitude.

Après une journée stressante au travail, je sais que la pratique de yoga du soir sera toujours mon exutoire. L’exemple a aussi été particulièrement flagrant depuis plus d’1 an avec l’arrivée du Covid et les confinements multiples.

Outils pour une vie plus zen

En rentrant de la partie en immersion de ma formation (Qui s’est tenue à l’étranger loin du quotidien), j’ai ressenti une sensation de calme et paix intérieure unique et qui a durée plusieurs semaines. Je planais un peu. La vie était belle, douce et apaisée. Et même si le rythme et les tensions de la vie citadine ont repris le dessus au bout d’un moment, depuis, je me sens équipée de nombreux outils pour appuyer sur pause quand il faut: Pratique posturale (Les cours de yoga donc), techniques de respiration et méditation font désormais partie de mon quotidien.

Et quand il faut, je les ajuste en les pratiquant plus ou moins selon les besoins du moment. Je fais aussi en sorte de faire des retraites de yoga régulièrement. Un moyen fantastique de recharger ses batteries, pratiquer de façon intensive, et souvent, de faire de belles rencontres.

Brahmacharya: Gestion des réserves énergétiques

Dans les fondamentaux de la philosophie du yoga, on nous enseigne “les 8 piliers du yoga”: 7 étapes autour des pratiques de postures, respiration, méditation, mais aussi de valeurs éthiques et sociales qui, pratiquées régulièrement, mènent au “Samadhi”, l’atteinte de l’illumination spirituelle.

Autant dire que j’en suis loin, mais comme chaque yogi, je m’applique à pratiquer ces préceptes du mieux possible au quotidien. Il y en a un a beaucoup raisonné en moi durant ma formation: Brahmacharya. Bien connu pour représenter l’abstinence sexuelle – un (très) gros raccourci – il représente en fait la gestion de nos énergies (Qui en effet, passent aussi par le sexe, qui mal consommé, puise beaucoup d’énergie): Les pics de hauts et bas. De bonheur intense et déception brutale. L’excitation et la déception… Vous avez compris.

En pratiquant Brahmacharya, on essaye de gérer du mieux possible ses réserves énergétiques pour trouver le bon équilibre. Au quotidien, je fais attention à toujours garder des moments “off” dans mes semaines par exemple. J’alterne les week-ends dynamiques avec des plus reposants. Et j’essaye de m’éloigner de situations négatives ou situations que je ne peux pas contrôler, et via lesquelles j’aurais dépensé beaucoup d’énergie pour rien avant.

Mouvement et souplesse

Je pratique quasiment tous les jours. Et si on ne garde que la pratique physique des postures qu’on appelle les “Asanas”, le “yoga”, ce n’est ni plus ni moins qu’une forme de gymnastique. Du coup, c’est un peu comme faire du sport sans s’en rendre compte. Je ne peux pas passer 2 jours sans en faire au moins 1/2 heure. Du coup, à force de pratiquer, le yoga m’a aussi rendu plus sportive. Mon corps est plus ferme, et plus souple et je me sens bien plus en phase avec.

Un lien social facilité

Quand on rencontre des yogis, un lien immédiat se crée rapidement. Bien sûr, on ne devient pas forcément tous amis, et chacun a sa façon d’aborder le yoga (Moderne, traditionnel, spirituel, régulier, ou pas..). Mais en studio ou lors de retraites de yoga, un lien assez fort peut se créer souvent et rapidement. En m’installant à Toulouse, j’ai pu rencontrer de nombreux(ses) amis via les studios de yoga à Toulouse dans lesquels je vais régulièrement ou lors de retraites de yoga. Quand je pars en week-end ou en vacances, je n’hésite pas à aller tester les studios de yoga local. En France, le yoga reste une pratique tendance mais tout de même toujours un peu marginale. Les liens sont donc encore plus forts. On se comprend et on partage des valeurs similaires.

Vie plus alignée

Bien avant ma formation, j’avais démarré un process de transition pour accéder à un style de vie plus “slow” et “aligné” comme on le dit beaucoup en ce moment. C’est ce process qui m’a ensuite mené au yoga et à une formation de 200 heures. Depuis, grâce au yoga, j’ai encore plus conscience de faire les choses en fonction de mes valeurs. J’ai refusé de nombreux postes pourtant rémunérateurs et avec de beaux potentiels pour une carrière prometteuse parce que les produits n’étaient pas assez éthiques ou les comportement des fondateurs pas toujours respectueuses. Ma façon de consommer est en constante amélioration et vise à être la plus locale et éthique possible (Dans la limite du raisonnable d’un contexte de vie citadin bien sûr). C’est un peu comme si en devenant un “yogi”, on suivait une sorte de “charte de bonne conduite”, qui est ni plus ni moins la liste des 8 piliers du yoga.

Compassion, empathie et sensibilité

Je suis loin d’être parfaite sur le sujet, mais de façon générale, je me sens beaucoup plus dans la compassion et l’empathie que dans le jugement ou l’incompréhension. J’étais déjà sensible (D’où l’attirance pour le yoga), le yoga n’a rien arrangé. Le problème c’est que maintenant un rien me fait mal au coeur. Encore une fois, tout est une question d’équilibre. Etre trop yogi, ça ses limites aussi.

Alimentation: Veggie / Vegan / Flexi

Du coup, dans la lignée de l’esprit de compassion, j’ai désormais beaucoup de mal à manger des animaux et être vivants. Je ne suis pas devenue vegan ou végétarienne, et j’ai gardé une alimentation “en pleine conscience” comme on dit dans le jargon yogi, car je n’aime pas les situations trop radicales au sens large. Mais en général, si je mange de la viande c’est parce que je sais qu’elle est bio et que je sais d’où elle vient.

Aussi, depuis que j’ai essayé (mais pas réussi) d’être vegan (Par curiosité et pour vraiment comprendre le mouvement et ses valeurs), j’ai eu un véritable coup de coeur pour la cuisine vegan que je trouve beaucoup plus saine, créative et colorée.

Lire aussi: Bloomy, le restaurant vegan le plus cool de Toulouse

Intuition décuplée

J’étais déjà quelqu’un de plutôt intuitive que rationnelle. Il semblerait que la pratique du yoga et des Asanas durant lesquels on active de nombreux points énergétiques dans le corps n’ait fait que renforcer cette intuition. Je suis plus à l’écoute de mes sensations et je fonctionne encore plus au coup de coeur. Et on dirait bien que la plupart du temps, ce soit efficace.

Univers, astrologie, karma et spiritualité

J’ai toujours été assez intriguée par ces sujets, sans y croire. Je pouvais même parfois porter des jugements un peu sévères ou fermés d’esprit. Evidemment, en se lançant sérieusement dans le yoga et en adoptant le yoga comme style de vie, on touche forcément aux sujets plus spirituels via les formations, les lectures, ou l’entourage. Chacun constituera son approche personnelle. Mais pour ma part, je crois désormais beaucoup à la loi de l’attraction, au Karma, à la force des énergies et aux influences de la lune. Je suis d’ailleurs les cycles lunaires avec de plus en plus d’attention et tâche de poser mes intentions en faisant un rituel de nouvelle lune et pleine lune à chaque nouveau cycle.

Pour autant, je m’attache à toujours garder les pieds sur terre et une part de rationalité sur ces sujets qui restent vastes et complexes et ne sont souvent, pas scientifiquement prouvés.

Lire aussi: Le Yin Yoga

Ne rien prendre personnellement

L’un des préceptes des Quatre Accords Toltèques, l’un des livres phare de spiritualité et développement personnel (Que j’ai listé dans les livres qui ont changé ma vie), c’est de ne rien prendre personnellement. Tellement évident et pourtant tellement difficile à mettre en place. En yoga, on apprend et comprend vite le rôle de l’égo dans nos vies. Pratiquer cet accord au quotidien, c’est l’un des aspects les plus libérateurs de la pratique philosophique du yoga, tout comme le second…

Pas de supposition

Issu du même livre c’est l’autre précepte libérateur par excellence. Nous avons tellement tendance à faire des raccourcis et projeter des suppositions basées sur nos expériences et compréhensions personnelles des choses que les malentendus sont nombreux.

Evidemment, rien n’est miraculeux, je fais toujours des raccourcis et des suppositions, mais j’ai désormais conscience de la frontière entre les deux, et c’est vrai que ça allège de nombreuses situations.

Vata, Pitta, Kapha: L’Ayurveda

Via le yoga, j’ai découvert, la médecine traditionnelle Indienne, et j’ai eu un véritable coup de coeur pour cette pratique qui m’a immédiatement parue évidente tellement elle est saine et basée sur le rythme de la nature. Bien loin d’être experte sur le sujet, en rentrant de ma formation de yoga, j’ai tout de suite commencé à en appliquer certains préceptes et continue de le faire et de me former sur le sujet. Autant que possible, je cale mon quotidien sur les recommendations de l’Ayurveda: Se lever tôt, privilégier un gros repas le midi, cuisiner avec des épices pour favoriser une bonne digestion, etc… etc…

Aussi, à leur grand désespoir, je fais faire des tests de Dosha (Pour déterminer le profil ayurvedique) à toute nouvelle personne que je rencontre. Elles me prennent souvent pour une illuminée au début, mais ça fait partie de la vie de yogi 😉

Sensation de liberté

Et pour finir (ou presque), dans la lignée de tous les points listés, c’est comme si le yoga m’offrait une sensation de liberté. Il me permet de me libérer de certaines tensions intérieures, m’offre une dose d’endorphines via les pratiques dynamiques, et de zen via les pratiques calmes. Il me permet de voyager via les retraites, de pratiquer où bon me semble et de créer du lien. Je me retrouve avec moi-même, et je n’ai besoin de rien ni personne d’autre. La liberté à l’état pur.

Photos de yogi

Il fallait bien un point un peu plus superficiel et dans l’air du temps: Partout où je vais (Ou presque, et selon avec qui je suis), je ne peux pas m’empêcher de faire des photos de yoga, à l’image des photos qui illustrent cet article, prises après un footing. Oui, un “yogi moderne” reste un peu superficiel, disons le. (Pour retrouver certaines de ces photos, c’est sur mon compte instagram “perso” @elodie_pmle)

1 Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like